Note sur la mise en place de l’indicateur statistique de la qualité des cours d’eau

Editeur/Organisme:
Agence Française pour la Biodiversité
Auteur:
Alexandre Liccardi
Contributeur:
René Lalement
Résumé:

Cette
note poursuit le suivi annuel de la qualité des cours d’eau en vue d’élaborer
l’indicateur statistique demandé par la Direction
de l’Eau et de la Biodiversité (DEB). A partir de l’analyse de chroniques RCS
sur sept classes d’état remontées par les Agences de l’Eau (de 2006-2007 à
2010-2011, sur le réseau RCS), l’ONEMA propose une approche complémentaire aux
précédentes méthodes développées pour caractériser l’évolution de l’état des
eaux.

 Le résultat produit est un indicateur qui
donne, pour chaque élément de l’échelle d’analyse souhaité par l’analyste
(hydroécorégion, bassins ou sous bassins, autre attribut à la station,
croisement d’attributs…) une lecture à deux niveaux :

-      
une
classification de l’élément de l’échelle en fonction de la probabilité d’une tendance (dégradation ou amélioration de la
classe d’état) ;

-      
si
une tendance est jugée probable, une valeur de pente annuelle ainsi qu’un
intervalle de confiance sont produits.

Le calcul de l’indicateur donne des
résultats peu nets pour les éléments de qualité écologie et biologie, mais
cohérent et plus probants pour les sous-éléments relevés (diatomées,
invertébrés, poissons). Les éléments composés dont nous ne disposons pas du détail
(physico-chimie, substances prioritaires de l’état écologique) sont peu
interprétables.

Concernant une possible utilisation
plus large de l’indicateur, la complexité de son processus d’élaboration
(plusieurs décisions successives, utilisation d’un ou différents seuils,
effectifs de classe très variables…) rend nécessaire l’ajout de données
d’accompagnement qui rendront les représentations peu lisible. Le renforcement
de l’articulation avec les référents métiers et les producteurs de données est
nécessaire afin de compléter les informations manquantes, de mieux tenir compte
des spécificités des données de bassin et d’intégrer plus de sens dans la
représentativité des échelles de tri retenues. L’effet des  multiples fréquences d’analyses est aussi à
expliciter auprès des métiers.

L’indicateur
produit cependant une représentation plus fine (choix de l’échelle d’analyse
par l’analyste) et intègre mieux la notion de variabilité de l’état à une
station. Il permet aussi de produire des analyses sur l’ensemble du territoire
même si des données sont manquantes, sur des courtes périodes d’observation, et
retrace les incertitudes d’analyse à différents niveaux (peut-on déceler une
tendance ? Si oui, avec quelle marge d’erreur ?).

Date de publication:
04/12/2017
Type:
Text
Format:
application/pdf
Langue:
français
Inscription
Fichier attaché
[file] ALi072013_note_corr.pdf
Page mise à jour le 04/12/2017